Service divin en faveur de défunts, Que faut-il savoir?

Le service divin en faveur des défunts, une particularité néo-apostolique.

Trois fois par an, les chrétiens néo-apostoliques célèbrent un service divin où l’on   commémore les défunts, mais également où les sacrements leur sont dispensés. 

Qu’en est-il réellement ?

Dans leur perspective, les chrétiens néo-apostoliques prient pour les défunts qui n’ont pas été rédimés, afin qu’ils aient accès au salut en Christ. La raison biblique en est la volonté salvifique de Dieu, qui englobe tous les hommes. Car Jésus-Christ est le Seigneur des morts et des vivants (Romains 14 : 9).
Du Nouveau Testament, on sait que, déjà, au sein de l’Église de Corinthe, les vivants se faisaient baptiser pour les morts. On en trouve une indication en I Corinthiens 15 : 29. « Cette pratique se perpétue au cours des services divins en faveur des défunts, célébrés par l’apotre-patriarche et les apotres de district : deux ministères y recoivent le saint bapteme d’eau, le saint-scellé et la sainte cène en lieu et place des défunts. Ces sacrements sont dispensés de la meme manière qu’ils le sont d’habitude pour les vivants » . Dans les autres communautés, une prière spéciale en faveur des défunts est prononcée après la célébration de la sainte cène.

la délivrance par Jésus-Christ

La question fondamentale que se posent de nombreux chrétiens  fidèles  est  la  suivante  :  Les  ames  de  l’au-delà  peuvent-elles réellement changer ? Le Catéchisme de l’Église néo-apostolique donne la réponse au fait que les ames de l’au-delà, qui n’ont jamais entendu parler de l’Évangile, qui n’ont jamais vécu le pardon des péchés et qui n’ont jamais recu un sacrement, se trouvent dans un état d’éloignement d’avec Dieu. Cet état ne peut etre surmonté que grace à la foi en Jésus-Christ et en son sacrifice, et grace à la réception des sacrements. Par conséquent, il est important d’intercéder pour les ames prisonnières et de demander au Seigneur qu’il leur vienne en aide. Puisque les morts et les vivants en Christ forment  une communauté,  ils agissent dans l’ici-bas comme dans l’au-delà dans l’esprit de Christ, c’est-à-dire qu’ils intercèdent pour les ames prisonnières. Cependant, la délivrance elle-meme ne se produit qu’à travers Jésus-Christ.

Extrait de l’histoire

La conception néo-apostolique du domaine des défunts trouve sa source aux Pays-Bas. C’est en 1872 que l’apotre Wilhelm Schwartz a commencé à dispenser des baptemes et des saints-scellés aux vivants en lieu et place des défunts. A  la  fin  des  années  1880,  la  sainte  cène  a  également  été  dispensée aux défunts. Dans un premier temps, la dispensation des sacrements s’effectuait à une seule et meme personne, qui était déterminée par une prophétie. A l’époque de l’apotre-patriarche Niehaus,  c’était toujours  une femme («  les mères  de la  foi ») et un homme qui recevaient les sacrements pour les défunts. Les femmes recevaient les actes pour les défunts de sexe féminin, les hommes pour les défunts de sexe masculin. Depuis les années 1930, ce sont toujours deux frères du ministère qui recoivent les sacrements pour les défunts. Durant une longue période, la dispensation des sacrements avait lieu une fois par an, le 26 décembre. C’est l’apotre-patriarche Johann Gottfried Bischoff qui a instauré le nombre de trois services divins en faveur des défunts par an, dans les années 1950.

Réf: Magazine "COMMUNITY 2"

Posts les plus consultés de ce blog

Apôtre patriarche à Kinshasa : la prédication

Kato : L’évangéliste, assisté par le berger et l’ancien, sert la jeunesse

Jeunesse Campus: Jésus, médecin de mon âme