#AppLshi2017 : Dîner de travail avec l’Apôtre patriarche à Lubumbashi


Récit de : Marie Dibwe et Stella Nyot
Après le service divin des enfants de l’école du dimanche (écodim), l’Apôtre patriarche Jean Luc Schneider a eu un dîner de travail, dans la soirée du vendredi 14 juillet 2017, avec les moniteurs de l’écodim, de la jeunesse et les responsables de la chorale.

De l’entame de cette rencontre, le Président de l’Église néo-apostolique Internationale a rappelé aux différents responsables l’importance de leur département au sein de l’Église. Tous nous accomplissons un service car nous croyons au Seigneur et nous voulons le suivre, a dit L'Apotre patriarche de l’Église.

À propos de l’écodim, l’Apôtre patriarche a dit que :
L'enseignement religieux doit aider les enfants à connaître Jésus-Christ, Dieu, qui est amour. Il faut implanter l'amour de Dieu, et du prochain, dans le cœur des enfants. Ainsi, l'objectif est que nos enfants aient la foi et l'amour, qu'ils découvrent et expérimentent l'amour de Dieu dans leur vie ; ils doivent se sentir aussi aimés dans l'église.

Concernant la jeunesse, le premier d’entre les apôtres a dit:
Qu’il faut implanter l'amour de Dieu dans le cœur des jeunes ; la mission du moniteur est d'amener les jeunes à suivre librement Jésus-Christ; enfin, il faut aider les jeunes à prendre de bonnes décisions, et non à décider à leur place.

En ce qui concerne la chorale, le Président de l’ENA internationale a dit que:
La musique est un porte-parole de la communauté, car c'est à travers les chants qu'on loue, adore et prie Dieu ; elle est aussi le porte-parole de Dieu, car c'est à travers elle que le Saint-Esprit peut transmettre un message aux enfants de Dieu ; enfin, la chorale doit servir à rassembler et à créer l'unité. Il ne faut pas oublier qu'on est au service de Dieu, il ne faut donc pas utiliser nos dons pour nous mettre en avant.

Pour conclure l’Apôtre patriarche Jean Luc Schneider a prodigué quelques conseils aux différents responsables sur la collaboration avec les frères du ministère, il a dit : en cas de désaccord, il ne faut pas chercher l'affrontement, même si c'est nous qui avons raison ; mais au nom de la paix, il faut laisser tomber, c’est ainsi que le Seigneur vous bénira.

Posts les plus consultés de ce blog

Apôtre patriarche à Kinshasa : la prédication

Kato : L’évangéliste, assisté par le berger et l’ancien, sert la jeunesse

Jeunesse Campus: Jésus, médecin de mon âme