ARC MWEMENA à Hekima : Dire merci à Dieu quand et pourquoi ?


Photos: Espoir Ngudia

La décoration spéciale qu’arborent les autels de grâce, dans les différentes communautés néo-apostoliques, le jour du service divin de remerciements témoigne du caractère festif de ce dimanche marquant le début d’une nouvelle année liturgique au sein de l’Église. L’Apôtre Gabin Mwemena, qui a officié à la communauté Hekima, a expliqué au peuple de Dieu pourquoi et quand dire merci à Dieu.

Il y a de ceux qui se demande si dire merci à Dieu est une obligation, « n’est-ce pas que c’est lui qui m’a créé, sans même mon avis ; n’est-ce pas que c’est son devoir de pourvoir à mes besoins ? » Celui qui considère Dieu pas seulement comme créateur, mais aussi comme son Père est dans l’obligation de lui dire merci, a dit l’Apôtre Gabin Mwemena à Hekima.

Reconnaitre les bienfaits et dire merci chaque jour 

Sans être poussé, disons toujours merci à Dieu pour ses bienfaits, à l’image de Caïn et Abel qui sont allés offrir à Dieu après avoir récolté les fruits de leur travail, et comme Abraham après la bataille qu’il avait vaincue grâce à l’assistance de l’Éternel, a dit l’ambassadeur de Dieu ; il a exhorté le peuple de Dieu à « reconnaitre les bienfaits de l’Éternel et à lui dire merci ; c’est lui qui nous a élus comme ses enfants en croisant son chemin au nôtre par Jésus-Christ ». Fort de cette connaissance, l’orateur du jour a ajouté, « nous devons remercier Dieu chaque jour et le faire d’une manière spéciale le jour d’actions de grâce ».


Le reflet de sa grâce

« C'est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses… » ; En s’appuyant sur cette parole tirée de l’épitre aux Romains 11 :36, texte biblique du jour, l’Apôtre de Jésus-Christ a invité les enfants de Dieu à reconnaitre que ce qu’ils sont et ce qu’ils ont n’est que le reflet de la grâce du Très-Haut, raison de plus pour nous de lui dire merci.

Quelles réponses dois-je donner à cette grâce ? Le responsable de la région apostolique du Sud a dit que la reconnaissance qui doit nous pousser aux remerciements, la totale confiance dont nous devons lui témoigner ainsi que la volonté de partager avec Dieu et le prochain ce qu’on a (la force, les revenus, temps, etc.) sont de réponses à donner.

Rendons continuellement grâce à Dieu pour tout ce qu’il fait pour nous.

Posts les plus consultés de ce blog

Apôtre patriarche à Kinshasa : la prédication

Kato : L’évangéliste, assisté par le berger et l’ancien, sert la jeunesse

Jeunesse Campus: Jésus, médecin de mon âme